Démystifions les termes «digitalisation» et «intelligence artificielle».



Nul besoin de vous rappeler que nous sommes dans l’ère du digital car vous le savez, vous le ressentez et vous le vivez quotidiennement.


A l’échelle des entreprises, et dû à la crise sanitaire, nous avons surtout tous eu une vraie prise de conscience sur l’importance de la transformation digitale. Nous avons passé plusieurs mois à communiquer uniquement par emails, appels téléphoniques, vidéos conférences via Teams ou Skype avec des collègues que nous fréquentions quotidiennement. Mais nous avons surtout découvert de nouvelles manières d’entretenir nos liens sociaux grâce aux événements-apéros via Zoom ou même Houseparty avec notre famille ou nos amis.

Vous avez dû, au même titre que votre entreprise, apprendre à vivre différemment et avec de nouveaux outils. Le digital a pris une place pondérante dans nos vies privées comme professionnelles.


Néanmoins se digitaliser pour une entreprise ne se résume pas uniquement à utiliser des outils digitaux de type Google Drive, Notions, Hangout Meet ou Slack…

Se digitaliser veut avant tout dire : transformer les outils du quotidien et les optimiser pour offrir un meilleur service, créer et ajouter de la valeur, gagner du temps, de l’efficacité et améliorer le bien-être de ses collaborateurs.

Cette digitalisation doit être faite avec discipline et bienveillance. Comme toute évolution il y a une part d’inconnu et les frontières entre les effets positifs, sa valeur ajoutée et les dérives pour l’humanité sont encore très minces. La digitalisation doit être ,bien évidemment, utilisée en tant que « bon père de famille » au service du bien-être de l’humain, du développement de notre monde, au service de la durabilité…

Mais du coup pour une petite entreprise, que veut dire « se digitaliser » et surtout comment mettre les outils en place ?


Avant de communiquer sur des médias, il est primordial de bien connaître le comportement de ses consommateurs et pouvoir leur proposer un service qui leur sied et par la suite innover. Grâce aux datas on peut analyser rapidement, être précis dans la connaissance de leurs attentes et de leurs besoins. Cela permet d’améliorer considérablement l’efficacité commerciale et opérationnelle de l’entreprise. La stratégie digitale est donc une suite logique entre le comportement du consommateur et l’évolution que l’entreprise met en place pour le satisfaire.



Nul besoins de craindre les solutions innovantes ou les intelligences artificielles car elles libèrent les professionnels de tâches administratives ou répétitives. Les datas permettent donc de voir des résultats justes et d’en tirer des conclusions. Les collaborateurs peuvent dès lors consacrer davantage de temps à la relation avec le client, au conseil et à la dimension intellectuelle et humaine des services proposés.


L’importance des interactions humaines a pris toute sa place. Qu’est-ce que nous avons été heureux lorsque nous avons pu retourner au travail, retrouver nos collègues, nos conversations à la machine à café…

Les années à venir seront sous le signe de l’humain, du retour aux sources, aux choses simples, aux sentiments, à l’intuition, à l’empathie, la durabilité et la protection de notre écosystème tout en utilisant les outils de notre temps. C’est en évoluant main dans la main avec les « robots » que nous garderons la maîtrise de ceux-ci. Utilisons-les au maximum de leurs compétences et de manière positive.


Pour les entreprises, il faut désormais trouver un équilibre entre se digitaliser (optimiser son temps de travail en rendant les tâches humaines plus automatiques) et le savoir-faire de l’expertise humaine qu’ils ont en interne. De même, rien ne remplace un sourire, une attention, la prise de décision, la créativité, l’empathie, la bienveillance, les collaborations et les relations sociales. Désormais, au-delà des compétences techniques, c’est aussi les compétences sociales et émotionnelles que nous développerons avec nos collaborateurs car elles deviendront essentielles.




Les conseils d’Ikigai :


Les changements font peur et surtout lorsqu’il s’agit de l’inconnu. C’est pourquoi, il ne faut pas laisser de place à l’imagination. Organisez une formation pour vos collaborateurs afin de leur faire adhérer à ce changement digital et qu’ils soient totalement convaincus que la transformation sera positive pour eux. Notre conseil, c’est de rendre cette formation ludique et surtout qu’elle soit faite juste avant l’application réelle du sujet traité. Vous pouvez mettre en avant les avantages de cette nouvelle façon de travailler.

Transformez ce changement radical en un challenge motivant, un défi et une opportunité d’amélioration. Le plus important restera l’accompagnement pour les challenges d’aujourd’hui mais plus particulièrement pour ceux de demain. La digitalisation nécessite de la discipline mais aussi de l’éducation : on apprend, on essaye, on échoue, on persévère et on maîtrise.

En tant que professionnel, si vous voulez que la transformation digitale ne soit pas une opération vide de contenu, vous devriez commencer par vous focaliser sur l’humain et laisser la technologie comme rôle de support (certes indispensable) mais non central. Il ne s’agit pas d’opposer l’humain et la technologie mais de rendre ces deux aspects complémentaires où la technologie vient en appui de la dimension humaine.